Série "Guerres sous-marines"

Le piège de Noirmoutier
Alerte à l'Elysée
La revanche de l'ombre
Le feu du ciel
Ravitailleurs
Le destin de Léa
Pour l'amour d'Eva
La menace ultime
Série "Guerre pour l'espace"
Le regard de Kiren
La vengeance de Yiko
Le satellite fantôme
L'espace en feu

Recueils économiques
Il existe plusieurs recueils groupant les 4 premiers tomes de GSM
Couverture


Résumé :

Le destin de Léa poursuit l'histoire de l'héroïne de ravitailleurs. Après la mort de Paul, Léa part à Haïti où elle vient en aide aux plus démunis. Une histoire poignante qui nous conduit au coeur de la détresse humaine. Ce livre n'est pas un techno-thriller. Il peut être lu de manière séparée. Le personnage de Léa revient néanmoins dans la suite de la série. Extrait : "André-Georges venait de s’étendre sur sa natte et ses yeux s’alourdissaient déjà de sommeil quand le sol a vibré. Était-ce dans son rêve ? Le bruit et les cris lui confirmèrent que non. La terre tremblait à nouveau… Il se redressa et bondit hors de la maison. Enfin, si l’on pouvait appeler comme cela les deux tôles ondulées maintenues par des pieux, à peine enfoncés dans le sol. Dans la nuit, le bidonville ressemblait à un amas de ferraille où son peuple se serrait les coudes. Pourtant, ce soir-là, l’horreur régnait à nouveau. Chacun tentait de fuir, se poussant et criant, comme si le salut était ailleurs, alors que le sol se dérobait sous leurs pas. Il se mit alors à courir, mais où aller ? Plusieurs foyers s’étaient allumés autour de lui. Des objets étaient tombés sur des feux mal éteints et le vent avait attisé ces braises. Une odeur suffocante avait envahi la cuvette où plusieurs milliers d’âmes cherchaient à survivre. L’odeur était âcre. Les émanations de plastiques calcinés envahissaient ses bronches. Il se mit à tousser, cherchant à rejoindre les hauteurs. Que pouvait-il faire ? Soudain, ses pensées se tournèrent vers Léa, celle qui hantait ses nuits depuis deux mois. Qu’était devenue la jeune Française ? Elle habitait dans la grande bâtisse blanche qui bordait l’église. En apparence, cette vieille maison, qui hébergeait le dispensaire, avait des murs épais, mais plus que sa bicoque, elle devait être bien fragile face à la violence des forces telluriques qui se déchaînaient ce soir-là. Déjà, la semaine dernière, il avait remarqué qu’elle avait accusé le coup. Avait-elle résisté à cette nouvelle secousse ? Son sang se figea. Il n’eut plus qu’une idée en tête : en savoir plus. Maintenant qu’il connaissait son objectif, il parvint à se frayer un passage dans cette foule qui courait sans buts. Il lui suffisait de raser le mur des bâtisses, d’éviter le centre de la ruelle pour se faufiler et avancer. Bientôt, il aperçut au loin, dans les lumières falotes, le toit rouge de l’église et le petit clocher noir qui le surplombait, sur le côté. Si elle était debout, il y avait peut-être une chance que le dispensaire ait, lui aussi, tenu le choc. Mais il voulut le vérifier. La rue était pleine d’une foule apeurée. Il essaya de se faufiler jusqu’à ce qu’une petite troupe lui boucha le passage. Plusieurs hommes étaient accroupis autour d’une femme qui hurlait de douleur. Elle avait dû être éventrée par une tôle. Il chercha à poursuivre sa course. Léa… Pourquoi était-elle devenue pour lui une obsession ? Qu’est-ce qui le poussait à courir vers elle ? Comme dans un flash, il la revit, au cours de l’après-midi, dans sa petite robe bleue à manches courtes, se déplaçant d’un malade à l’autre, le visage grave et préoccupé. Tout en elle le fascinait : cette sérénité, cette énergie tranquille, cette joie de vivre… Elle était habitée par une force intérieure, un rayonnement qui la distinguait de tous… Il n’y avait pas que sa peau blanche qui tranchait avec la couleur de son peuple… Elle était son rayon de soleil. « Vais-je parvenir jusqu’à elle ? » pensa-t-il, effrayé.André-Georges venait de s’étendre sur sa natte et ses yeux s’alourdissaient déjà de sommeil quand le sol a vibré. Était-ce dans son rêve ? Le bruit et les cris lui confirmèrent que non. La terre tremblait à nouveau… Il se redressa et bondit hors de la maison. Enfin, si l’on pouvait appeler comme cela les deux tôles ondulées maintenues par des pieux, à peine enfoncés dans le sol. Dans la nuit, le bidonville ressemblait à un amas de ferraille où son peuple se serrait les coudes. Pourtant, ce soir-là, l’horreur régnait à nouveau. Chacun tentait de fuir, se poussant et criant, comme si le salut était ailleurs, alors que le sol se dérobait sous leurs pas. Il se mit alors à courir, mais où aller ? Plusieurs foyers s’étaient allumés autour de lui. Des objets étaient tombés sur des feux mal éteints et le vent avait attisé ces braises. Une odeur suffocante avait envahi la cuvette où plusieurs milliers d’âmes cherchaient à survivre. L’odeur était âcre. Les émanations de plastiques calcinés envahissaient ses bronches. Il se mit à tousser, cherchant à rejoindre les hauteurs. Que pouvait-il faire ? Soudain, ses pensées se tournèrent vers Léa, celle qui hantait ses nuits depuis deux mois. Qu’était devenue la jeune Française ? Elle habitait dans la grande bâtisse blanche qui bordait l’église. En apparence, cette vieille maison, qui hébergeait le dispensaire, avait des murs épais, mais plus que sa bicoque, elle devait être bien fragile face à la violence des forces telluriques qui se déchaînaient ce soir-là. Déjà, la semaine dernière, il avait remarqué qu’elle avait accusé le coup. Avait-elle résisté à cette nouvelle secousse ? Son sang se figea. Il n’eut plus qu’une idée en tête : en savoir plus. Maintenant qu’il connaissait son objectif, il parvint à se frayer un passage dans cette foule qui courait sans buts. Il lui suffisait de raser le mur des bâtisses, d’éviter le centre de la ruelle pour se faufiler et avancer. Bientôt, il aperçut au loin, dans les lumières falotes, le toit rouge de l’église et le petit clocher noir qui le surplombait, sur le côté. Si elle était debout, il y avait peut-être une chance que le dispensaire ait, lui aussi, tenu le choc. Mais il voulut le vérifier. La rue était pleine d’une foule apeurée. Il essaya de se faufiler jusqu’à ce qu’une petite troupe lui boucha le passage. Plusieurs hommes étaient accroupis autour d’une femme qui hurlait de douleur. Elle avait dû être éventrée par une tôle. Il chercha à poursuivre sa course. Léa… Pourquoi était-elle devenue pour lui une obsession ? Qu’est-ce qui le poussait à courir vers elle ? Comme dans un flash, il la revit, au cours de l’après-midi, dans sa petite robe bleue à manches courtes, se déplaçant d’un malade à l’autre, le visage grave et préoccupé. Tout en elle le fascinait : cette sérénité, cette énergie tranquille, cette joie de vivre… Elle était habitée par une force intérieure, un rayonnement qui la distinguait de tous… Il n’y avait pas que sa peau blanche qui tranchait avec la couleur de son peuple… Elle était son rayon de soleil. « Vais-je parvenir jusqu’à elle ? » pensa-t-il, effrayé." Rappel les huit tomes principaux de la série "Guerres sous-marines" : 1) Le piège de Noirmoutier
2) Alerte à l'Elysée
3) La revanche de l'ombre
4) Le feu du ciel
5) Ravitailleurs
6) Le destin de Léa (décalé)*
7) Pour l'amour d'Eva
8) La menace ultime
Rappel les quatre tomes principaux de la série "La Guerre pour l'espace" : 1) Le regard de Kiren
2) la vengeance de Yiko
3) Le satellite fantôme
4) L'espace en feu
* Ce tome n'est pas à proprement parler un techno-thriller et peu être lu de manière indépendante.

Acheter le livre au format :

Fournisseur
Format Papier
Format numérique
Createspace
Oui

Lulu
Non
NON
Amazon
Oui
Version Kindle en .mobi
Google Play
NON
Version epub
Kobo
NON
Version epub

Voir aussi :